Forum de l'Ile Maurice Index du Forum Forum de l'Ile Maurice
Venez discuter ici de vos coups de coeur, vos coins sympas à l'Ile Maurice, mais aussi venez rechercher l'âme soeur sur nos forums.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

#4 Districts et dépendances

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de l'Ile Maurice Index du Forum -> Votez pour nous -> Présentation et histoire de l'île Maurice
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:32    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

L'île Maurice comprend 10 districts :

1. Rivière Noire
2. Flacq
3. Grand Port
4. Moka
5. Pamplemousses
6. Plaines Wilhems
7. Port-Louis
8. Rivière du Rempart
9. Savanne
10. Rodrigues

Rodrigues, les îles Agalega et les écueils des Cargados Carajos (également appelés Saint-Brandon) constituent les dépendances de Maurice. L'archipel des Chagos (Diego Garcia) et l'île Tromelin sont revendiqués par Maurice.



Dernière édition par letiba le 18.03.08 08:46; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: 18.03.08 07:32    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:35    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

1. Rivière Noire

Rivière Noire (ou Black River en anglais) est un district de Maurice, situé dans le sud-ouest de l'île principale. Son chef-lieu est Tamarin.

Le district tire son nom du faible taux de pluviométrie. En effet, c'est l'endroit le plus sec de l'île Maurice.

Dans ce district se trouve le village balnéaire de Flic en Flac. Il y a aussi Tamarin, qui est pratiquement le seul endroit de l'île ou on peut faire de la planche à voile.

Le district est notamment connu pour les chutes de Tamarin et pour Chamarel, « la terre des sept couleurs ».



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:38    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

2 Flacq

Flacq, avec ses 298 km², est le plus vaste des neuf districts de l’île Maurice. Le pays est divisé en dix régions administratives, appelées districts. Le dixième district étant le département d'outre-mer de Rodrigues, lequel bénéficie d'une autonomie. Flacq couvre la région Est de Maurice. Les districts limitrophes sont Rivière du Rempart au nord, Moka à l’ouest et Grand Port au sud. La partie orientale est bordée par l’Océan Indien.

Parmi les particularités géographiques de la région, on peut noter la présence des rivières du Poste de Flacq au nord, Deep River et Grande Rivière Sud Est (qui est aussi la plus grande de l’île) au sud. La partie est du district est en plaine, alors que l’ouest monte en altitude pour atteindre la portion inférieure du plateau central à environ 400 mètres au dessus du niveau de la mer.

La population de la région est estimée à environ 138.500 pour 2006, soit 12% de l’ensemble de l’île. Cette population est repartie en une trentaine villages de taille variable. Centre de Flacq, bien qu’étant le chef lieu de la région, ne bénéficie pas d’un statut de municipalité, mais est considéré comme un simple village par les administrations régionales. De ce fait cette agglomération d’environ 17.800 habitants (est. 2006) est gérée par un conseil de village, tout comme les autres localités du district. Bel Air Rivière Sèche suit Centre de Flacq de très près en terme de population mais aussi de développement. Avec ses 17.700 âmes (est. 2006), ce village n’a rien à envier à sa voisine si ce n’est le titre de capitale de l’est. La foire de ce village est devenue un site touristique.

Les autres villages de moindre envergure du district Flacq sont :
Lalmatie 10,404
Brisée Verdière 7,374
Médine-Camp de Masque 7,244
Poste de Flacq 7,133
Bon Accueil 6,553
Laventure 6,171
Ecroignard 5,952
Sébastopol 5,745
Quatre Cocos 5,724
Trou d'Eau Douce 5,665
Camp de Masque Pavé 4,520
Camp Ithier 4,401
Olivia 3,980
Quatre Sœurs 3,515
Saint Julien d'Hotman 3,335
Saint Julien 3,188
Queen Victoria 3,025
Camp de Masque 2,721
Grand Rivière Sud Est 2,472
Mare La Chaux 2,058
Clémencia 1,835

Voir article de mappemonde. Disponible sur: http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07403.html


Le découpage politique du district le sépare en deux régions pour élire les membres qui siégeront à l’assemblée nationale. Ainsi, les régions 9 et 10 ont chacune trois députés à la dite assemblée.

Histoire [modifier]

L’origine du mot Flacq est néerlandaise et nous rappelle que les Hollandais étaient les premiers habitants de l’île. On le retrouve dans trois noms, dont le district de Flacq, les villages de Centre de Flacq et Poste de Flacq. Ce dernier fut le premier chef-lieu de la région pendant l’occupation française. Flacq est l’un des deux seuls district à porter un nom batave, le second étant Plaine Wilhems, Wilhems étant le nom de l’habitant de la région lors de la prise de possession des Français en 1721.

Parmi les contributions des Hollandais aux développements de la région, on peut noter la construction de cinq kilomètres de route à l’intérieur des terres en 1641 sous le gouverneur Jacob van der Meersch. Cette route était nécessaire pour ramener le bois d’ébène récolté vers la côte.

Deux des trois premiers établissements humains de l’histoire de l’île se situèrent dans ce district : Trou d’Eau Douce et Flacq. Le troisième fut le lieu de débarquement des colons à Ferney. Ils importaient la canne à sucre de leur colonie en Indonésie et y commencèrent sa culture à grande échelle. La culture de cette plante est encore, de nos jours, un des piliers de l’économie de la région.

Le dernier recensement de l’ère néerlandaise, en 1706, faisait état de 12 familles de colons et leurs esclaves à Flacq, sur une population totale de 244.

La période Française fut plus prospère. La déforestation se fit à grande échelle pour la culture de canne à sucre. Des dizaines d’usines de transformation de la canne en sucre parsemaient le paysage de la région. Avec le temps, ces propriétés sucrières fusionnèrent afin de rentabiliser l’industrie et on peut voir de nos jours les vestiges de ces établissements sous forme des cheminées solitaires au milieu des champs de cannes. L’observateur attentif observera la transition de la forme carrée à la forme circulaire de ces cheminées au fils du temps, cette dernière étant la plus récente.

Une anecdote intéressante est celle de l’origine du nom de la localité dite Quatre Cocos. Les anciens du village racontent que vivaient au village quatre personnages fort brillants, pendant la période de colonisation. En créole mauricien, un coco fait référence à une tête pensante. Des mauvais esprits répliquent que l’origine du nom viendrait plutôt du fait qu’il y avait une plantation de cocotier dans la région et que les habitants sont loin d’être des lumières...

Economie [modifier]

Cette région de l’est de l’île est largement sous culture de canne à sucre. Cette industrie emploie beaucoup de personnes, que ce soit des employés de propriétés sucrières ou petit planteurs indépendants. Les deux derniers établissements sucriers ayant survécu à la vague de centralisation sont ceux de F.U.E.L (Flacq United Estates Limited) et Deep-River Beau Champs. Ces usines sont aussi équipées de centrale thermique utilisant de la bagasse et du charbon pour produire de l’électricité.

Le textile est aussi pourvoyeur d’emploi dans la région. Centre de Flacq et Bel Air Rivière Sèche abritent des zones franches de textile. Ces sites industriels ont été conçus pour faciliter l’implantation des usines et offrir des avantages fiscaux intéressants aux investisseurs. Voir article de mappemonde. Disponible sur : http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07403.html


Le littoral Est offre de belles plages ainsi que des lagons bien protégés. Ces atouts expliquent la présence de nombreux hôtels tout le long de cette côte. L’industrie du tourisme offre plusieurs d'intéressantes perspectives d’emploi surtout pour les jeunes ayant fait des études. Les établissements hôteliers ont beaucoup contribué au développent économique et social de la région en offrant des emplois et des structures communautaires aux habitants. Ces développements sont accompagnés de leur lot de fléaux socials et astreintes sur la population local. Le tourisme sexuel, la prolifération de la drogue et les restrictions d’accès aux plages en sont quelques exemples.

La réductions des quotas, l’éliminations des tarifs préférentielles et l’émergence de pays concurrents qui produisent à bas prix dans les secteurs du sucre et du textile entraînent beaucoup de perte d’emplois suite à la fermeture d’usines de textile et à la centralisation des usines à sucre. Les développements dans le secteur informatique que connaissent les autres districts de l’île tardent à se matérialiser à Flacq. La pêche, promise à un bel avenir, stagne au niveau artisanal. Dans ce contexte économique morose, la population attend avec impatience le nouvel envol économique pour aller de l’avant.

Services [modifier]

Le district est desservi par un hôpital régional qui se situe à Centre de Flacq ainsi qu’une dizaine de centres de santé. Ce village abrite aussi le tribunal de district et une dizaine d’institutions d’éducations secondaires. Les villages principaux sont dotés de bureaux de poste, de postes de police et d’écoles primaires. La récente décision du précédent gouvernement (2000 – 2005) de régionaliser les établissements d’éducation secondaire a vu la construction de collèges d’état à Bel Air Rivière Sèche, Montagne Blanche, Camp de Maque Pavé et Bon Accueil. Centre de Flacq abrite aussi la seule gare routière de la région, nouvellement aménagée en 2005.

Lieux intéressants [modifier]

* Les plages publiques de Belle Mare, Palmar et Trou d’Eau Douce
* L’île aux Cerfs
* La chute de Grande Rivière Sud Est
* Le bazar de Centre de Flacq les dimanches
* Le village pittoresque de Quatre Cocos


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:40    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

3. Grand Port


Cet article est une ébauche concernant Maurice.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant.
Le district de Grand Port.
Le district de Grand Port.

Grand Port est un district couvrant le sud-est de l'île Maurice.

Son nom vient du village de Vieux Grand Port, où eut lieu le premier débarquement hollandais et qui fut ensuite le premier port de Maurice.

Sur la côte se trouve la ville de Mahébourg, protégée par une baie. Construite par les Hollandais puis prise par les Français, elle constitue un véritable vestige du passé colonial de l'île.

La partie septentrionale du district est montagneuse et parcourue par des rivières qui ont creusé des vallées. À l'est, il s'élève avant d'attendre le plateau central. De fait, le climat y est idéal pour la culture du thé. Au sud, le district est une plaine qui accueille l'aéroport international de l'île.

Grand Port fut le lieu de la seule victoire navale française des guerres napoléoniennes en 1810, voir l'article Bataille de Grand Port.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:42    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

4.Moka

À Maurice, Moka est un district qui se trouve dans une partie centrale de l'île principale et qui comprend différentes communes comme Moka, Saint-Pierre, Nouvelle-Découverte, Dagotière. La région est faiblement montagneuse.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:44    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

5 . pamplemousses

Pamplemousses est un district du nord-ouest de l'île Maurice.

On y trouve notamment un remarquable jardin botanique, le Jardin de Pamplemousses.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:46    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

6. Plaines Wilhems

Plaines Wilhems est un district au centre de l'île Maurice.

Il est le plus peuplé de tous. On y trouve en effet la conurbation regroupant notamment Beau-Bassin Rose-Hill, Quatre Bornes, Curepipe et Vacoas-Phœnix.




Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:53    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

7. Port louis

Appelée Port Louis en anglais, Port Louis est la capitale de Maurice. Située dans son propre district, peuplée de 147 688 habitants au recensement de 2003, la ville est aussi un port ouvert sur l'océan Indien et la plus grande ville du pays.
Sommaire


* 1 Géographie
o 1.1 Flore
* 2 Histoire
* 3 Économie
* 4 Monuments et lieux touristiques
o 4.1 Immeubles de grande hauteur
o 4.2 Autres
* 5 Personnalités
* 6 Références
o 6.1 Articles connexes
o 6.2 Lien externe
* 7 Jumelage
* 8 Galerie photographique

Géographie

Flore

Au début du XIXe siècle, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent releva la présence de nombreuses plantes dans les rues de Port-Louis, notamment Achyranthes aspera, Amaranthus blitum, Amaranthus spinosus, Andropogon contortum, Boerhavia diffusa, Boerhavia erecta, Cassia foetida, Cleome pentaphylla, Cynosurus indicus, Datura metel, Heliotropium indicum ou Parthenium hysterophorus, mais aussi un galéga, plusieurs panics et cinq ou six espèces de Sida. Par ailleurs, et toujours d'après le même auteur, l'argémone mexicaine s'était déjà naturalisée dans l'île et les principales rues du port étaient plantées de bois noir[1].

Le naturaliste nota également la présence à Port-Louis de Cassia fistula ainsi que de badamiers, ces derniers plantés ça et là dans les rues et les cours[1].

Histoire

Port Louis a été fondée en 1735 par les colons français mais est aujourd'hui une ville cosmopolite habitée par les descendants d'immigrants indiens, chinois, africains et européens.

Les Hollandais prirent possession de l’île Maurice en 1638. Pendant les premières années suivant leur arrivée, ils occupèrent deux points sur l’île, la baie de Grand Port connue à l’époque sous le nom de Warwyck Haven et Port Louis, qui fut nommé Noord-Wester Haven (Port Nord Ouest en néerlandais). Le site changera de nom à plusieurs reprises au cours de son histoire, sous l'autorité des divers occupants de l’île.

Au début de la colonisation française, le site fut renommé Port Louis. L'origine du nom n'est pas certaine. Certains chercheurs penchent en faveur du souverain français d'alors, Louis XV, alors que d’autres supposent que le site fut nommé en souvenir de Port Louis, en Bretagne. En 1729, Nicolas de Maupin devint le premier administrateur à part entière de l’île. Sous son administration, Port Louis devint la capitale administrative et le port principal, aux dépens de Port Bourbon (Grand Port). La Compagnie des Indes envoya, en 1732, l’ingénieur Cossigny pour aider à la fortification de la ville ainsi qu’à la construction d’un port. Bien que compétent, ce dernier ne put réaliser ses projets car il entretenait des relations exécrables avec le conseil supérieur de l'île de France.

Les grands travaux de construction furent entrepris sous le gouvernement de Bertrand François Mahé de Labourdonnais. Il arriva dans l'île en 1735 et en moins de dix ans la ville de Port Louis fut dotée d'une rade bien équipée et bien défendue, ainsi que de plusieurs bâtiments dont des greniers, une cale sèche, un arsenal, une armurerie et un hôpital. La capitale prit forme grâce au travail des esclaves venus d’Afrique et des artisans de Madras. Les habitants reçurent l'eau potable à travers un aqueduc acheminant l’eau de Grande Rivière Nord-Ouest. Finalement, Labourdonnais initia la construction de l’Hôtel du Gouvernement, où siégea le Conseil supérieur de l'île de France.

De 1767 à 1790, l’île de France passa sous tutelle royale. Les dernières années d’administration de la Compagnie des Indes orientales virent Port Louis souffrir d’un manque d'attention de la part des autorités. Le port s’envasa et fut encombré d'épaves de navires victimes de cyclones. Beaucoup de bâtiments étaient en piteux état. L’intendant royal, Pierre Poivre, veilla à ce que les choses évoluent positivement. Il contribua à rendre la vie des habitants de la capitale plus agréable. À son départ en 1772, la ville avait grandi d’un tiers de sa taille initiale.

Entre les années 1772 et 1781, le Chevalier de Tromelin, un ingénier naval, entreprit d’agrandir le port du côté de Trou Fanfaron et celle de Caudan. Grâce à ces travaux, le port devint une base pour les opérations navales en Inde et lors de la Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique. Avec la Révolution française, Port-Louis devint Port Napoléon, en 1804, en l’honneur de l’Empereur fraîchement couronné. La ville prit son nom définitif à l’issue de la capitulation des Français face aux troupes britanniques en 1810.

En 1801, lorsqu'il le visite dans le cadre de l'expédition Baudin, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent décrit le port en affirmant qu'il « peut contenir quatre à cinq mille blancs ou libres, et le double d'esclaves ». Il ajoute que « la plupart des rues ne sont pas pavées ; les maisons sont presque toutes en bois, et sont très-basses ; beaucoup d'entre elles n'ont que le rez-de-chaussée, ou un étage, à cause des coups de vents qui les pourraient renverser si elles étaient plus élevées » Généralement, la ville était selon lui en situation « critique »[1].

De 1810 à 1921, la population de Port Louis passa d’environ 24 000 à plus de 50 000 habitants. La plupart des immigrants indiens commerçants, principalement les Musulmans, s’installèrent dans la capitale à leur arrivée. La ville devint une municipalité en 1850.

Économie
Le Royal Star à quai.
Le Royal Star à quai.

La majeure partie du revenu de la ville est dérivée des activités portuaires - qui par la suite régit le commerce extérieur mauricien. Récemment, Port Louis s'est notamment transformé en un port d'éclatement. 300 000 mouvements de transbordement sont attendus en 2005.

L'industrie est dominée par le textile, mais les produits chimiques, le plastique et les produits pharmaceutiques apportent une contribution importante.

Le tourisme est aussi une activité importante. Suite au développement du Caudan Waterfront (anciennement les docks de la ville, aujourd'hui un complexe commercial), le nombre des touristes visitant Port Louis a augmenté sensiblement.

Monuments et lieux touristiques

La poste centrale, a récemment été convertie en Musée de la Poste. Le Blue Penny Museum, construit à la suite du rachat par un consortium d'entreprises mauriciens des deux timbres les plus rares de la planète : le Blue Penny et le Red Penny.

Immeubles de grande hauteur

* State Bank Tower
* Bank of Mauritius Tower

Autres

* Le Caudan Waterfront, marina qui accueille un centre commercial.
* La Citadelle de Port-Louis.
* La mosquée Al-Aqsa de Plaine Verte, inaugurée le 5 octobre 1805 alors que l'île était française.
* La statue de François Mahé de Labourdonnais devant le Palais du gouvernement
* Le Musée de Port Louis
* La Jummah Mosque, rue Royale.

Personnalités

Les personnalités suivantes sont nées à Port Louis :

* Charles-Édouard Brown-Séquard (1817-1894), physiologiste et neurologue britannique.
* Francis Thomé (1850-1909), musicien.
* Robert Edward Hart.
* Khal Torabully.
* Adrien d'Épinay, avocat, homme politique.
* Prosper d'Épinay, fils du précédent, sculpteur (1836-1914).

Les personnalités suivantes sont mortes à Port Louis :

* Jean-Baptiste Lislet Geoffroy (1755-1836), scientifique français.
* Jacques-Désiré Laval(1803-1864), Apôtre de l'île Maurice.

Références [modifier]

1. ↑ a  b  c  Voyage dans les quatre principales îles des mers d'Afrique, Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, 1804.

Articles connexes

* Littérature mauricienne
* Pierre André de Suffren

Lien externe

* (en) Site officiel du conseil municipal de Port Louis.

Jumelage

* France Saint-Malo, port français d'où est natif Bertrand François Mahé de Labourdonnais.
* Québec Québec, ville du Québec (Canada)

Galerie photographique

La ligne d'horizon formée par les premiers gratte-ciel mauriciens.


Mosquée de Port Louis


Le Musée d'Histoire Naturelle


La Cour Suprême de Maurice

La cathédrale Saint Louis


Le théâtre de Port Louis entre 1900 et 1910


La rade de Port Louis


Le front de mer de Port Louis

Le Caudan



Population 147 688 (2003)
Pays Maurice
Fondation 1735
District Port Louis
Situation géographique 20°10′S 57°31′E
Zone horaire MUT (UTC+4)


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 07:55    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

8. rivière du renpart

Rivière du Rempart est un district de l'Maurice, situé dans le nord-est de l'île.

Sur la côte, on trouve quelques gros villages comme Cap Malheureux ou Grand Gaube. Le district comprend aussi des sites touristiques comme Plaine des Papayes.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 08:07    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

9.savanne

Savanne est un district de l'Ile Maurice, situé dans le sud de l'île. Son chef-lieu est Souillac.

Savanne couvre une superficie de 243 km² et comptait 66 356 habitants au recensement de 2000.



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
letiba
Modérateur
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Juin 2007
Messages: 295
Localisation: bain boeuf
Féminin Taureau (20avr-20mai) 鷄 Coq

MessagePosté le: 18.03.08 08:16    Sujet du message: #4 Districts et dépendances Répondre en citant

10. rodrigues

Rodrigues est la plus petite des trois îles de l’archipel des Mascareignes.

D'origine volcanique, l'île se situe à 560 km à l’est de Maurice, presque isolée au milieu de l’océan Indien. D’une superficie de 109 kilomètres carrés, elle présente la particularité d’avoir un lagon d’une surface deux fois supérieure à celle des terres émergées.

Elle fait partie de la République de Maurice et jouit d'un statut d'autonomie depuis le 12 octobre 2002.

Ses habitants sont appelés les Rodriguais. Au nombre de 35 000 en 1996, leur langue principale est le créole rodriguais. Le français est utilisé par une assez grande proportion de la population. L’anglais, langue officielle de la république, est très peu utilisé, sauf dans les institutions scolaires comme langue d’enseignement. La majorité des habitants (95 %) est de foi chrétienne et d'ascendance africaine. Les principales industries de l’île sont la pêche, l’agriculture et le tourisme.
Vue depuis la Grande Montagne
Vue depuis la Grande Montagne
Sommaire
[masquer]

* 1 Géographie
* 2 Géologie
* 3 Faune et flore
* 4 Histoire
* 5 L’autonomie de l’île
* 6 Lieux intéressants
* 7 Liens externes

Géographie

Rodrigues se situe entre les longitudes 63˚ 20’ E et 63˚ 30’ E et les latitudes 19˚ 40’ S et 19˚ 46’ S. Des trois îles principales de l'archipel des Mascareignes c'est la plus septentrionale et la plus isolée.

Par son étendue terrestre, la taille de l'île, pour donner des éléments de comparaison, est intermédiaire entre celles de Belle-Île-en-Mer et de Jersey.

Bien que d'élévation modeste (le plus haut sommet, le Mont Limon, culmine à 398 mètres), l’île présente une topographie générale de type montagneux. Le relief s'organise autour d'une arête centrale de direction ouest sud-ouest, d'où rayonnent des ravins abrupts. Les fonds des vallées demeurent le plus souvent à sec et ne sont parcourus par des flots torrentiels que lors des fortes pluies de régime cyclonique.

La partie sud-ouest de l'île est cependant dominée sur environ 10 km² par une plaine karstique formée de grès d'origine corallienne. Le sous-sol y abrite de nombreuses cavernes, dont la fameuse Caverne Patate et les non moins intéressantes Caverne Tamarin et Grande Caverne.

L'immense lagon est en général peu profond. Il est parsemé de plusieurs îlots qui en émergent, notamment les îles aux Chat de Pierrot, Hermitage, Cocos, Crabes, Gombrani et autres.

Géologie
Près de la Pointe au Sel, l'empilement des coulées basaltiques est bien visible sur la falaise côtière
Près de la Pointe au Sel, l'empilement des coulées basaltiques est bien visible sur la falaise côtière
Ancienne carrière de calcarénite près de la Pointe Caverne
Ancienne carrière de calcarénite près de la Pointe Caverne

Comme les autres îles des Mascareignes, Rodrigues est d'origine volcanique. Les affleurements basaltiques sont nombreux ; les empilements de coulées ou les formations d'orgues sont visibles en de nombreux endroits. L'île serait, au moins pour sa partie émergée, la plus récente des trois îles avec 1,8 million d'années d'existence, mais il subsiste encore beaucoup d'éléments inconnus sur la compréhension de sa formation.
Le ressac taille dans les calcarénites près de la Pointe Coton des formes tourmentées
Le ressac taille dans les calcarénites près de la Pointe Coton des formes tourmentées

L'existence d'un grand lagon est ancienne, peut être même antérieure à l'émergence de l'île au dessus du niveau de l'océan. Le sable calcaire provenant de l'érosion marine du récif corallien est à l'origine de formations rocheuses très originales pour une petite île volcanique : les calcarénites qui constituent la partie sud-ouest de Rodrigues et frangent çà et là la côte est. Lors d'épisodes de baisse générale du niveau de l'océan, le vent a poussé et accumulé le sable du lagon à l'intérieur des terres et créé des massifs dunaires. L'infiltration des eaux de pluie chargées notamment des acides de la litière végétale a provoqué des dissolutions partielles du calcaire suivies de recristallisations qui ont cimenté l'intérieur des dunes sous forme de grès à gros grains : les arénites. Avec la remontée du niveau de la mer, le vent a dégagé ces bancs d'arénites calcaires (ou calcarénites). Tendre et facilement soluble, ce matériau géologique s'est creusé de cavités internes importantes, de véritables cavernes caractéristiques des plateaux calcaires. Quant aux bordures exposées aux vagues, elles ont aussi subi de rudes attaques qui ont façonné une côte rocheuse tourmentée, échancrée de nombreuses criques.

C'est dans ces bancs de calcarénites, que des carrières artisanales (improprement appelées localement “carrières de corail” et actuellement abandonnées) ont permis l'extraction de blocs destinés à la construction d'habitations. C'est aussi sur l'étendue karstique de Plaine Corail que l'aéroport de Rodrigues a été implanté, en raison du relief naturellement plat.

Faune et flore

Article détaillé : Endémisme à Rodrigues
Un corail à Rodrigues, peut-être endémique.
Un corail à Rodrigues, peut-être endémique.

L'île abritait une espèce d'oiseau aujourd'hui disparue, le solitaire de Rodrigues. Une espèce endémique de chauve-souris (roussette de Rodrigue) est très menacée actuellement.

Histoire

L’île fut connue des Portugais dès 1528, quand un certain Don Diego Rodriguez la plaça pour la première fois sur une carte. Les Hollandais y firent escale lors de leurs voyages vers leurs colonies en Indonésie. Ces derniers se seraient ravitaillés en eau potable ainsi qu’en tortues géantes.

Ces aventuriers n’étaient que de passage et ce ne fut qu’en l’an 1691 que François Leguat et quelques compagnons s’y établirent pendant deux ans avant de regagner l’île Maurice.

Le siècle suivant l’installation des premiers occupants fut marqué par la colonisation de l’île Maurice (île de France) et l’île de la Réunion (île Bourbon) par la Compagnie française des Indes orientales. L’île Rodrigues fut administrée depuis l’île de France. Une poignée de colons français, d’Indiens ainsi que d’esclaves africains et malgaches s’y installèrent.

En 1809, lors des guerres napoléoniennes, la flotte britannique y débarqua ses soldats en vue de la prise d’assaut de l’île Maurice. La conquête de cette dernière par les Britanniques entraîna Rodrigues sous leur administration.

10e district depuis l’indépendance de Maurice en 1968, Rodrigues ne connut pas le même développement que l’île principale. En 2002, les Rodriguais votèrent afin d'élire leurs représentants à l’Assemblée Régionale de Rodrigues, et l’île accéda à une certaine autonomie tout en faisant partie de la République.

L’année 2002 restera mémorable pour les habitants car elle vit la création du vicariat apostolique de Rodrigues, avec comme premier évêque monseigneur Alain Harel ordonné le 8 décembre 2002. Auparavant, l’unique piste d’atterrissage de l'aéroport de Plaine Corail fut allongée pour accueillir un avion de plus grande capacité pouvant desservir les îles Maurice et Réunion. Ce développement a permis à l’industrie touristique de prendre son essor. Toujours en 2002, le Mauritius Trochetia jeta l’ancre pour la première fois à la rade de Port Mathurin. Ce navire vint suppléer l’autre navire ravitaillant Rodrigues, le Mauritius Pride.

L’autonomie de l’île [modifier]

Article détaillé : Autonomie de l'ile Rodrigues
L'aéroport régional de Plaine Corail
L'aéroport régional de Plaine Corail

La population rodriguaise a toujours revendiqué sa spécificité au sein de la République. Trois décennies après l’indépendance de Maurice, le gouvernement central amenda la constitution pour accorder un maximum d’autonomie à l’île Rodrigues. Un ancien juge de la Cour Suprême de Maurice, Robert Ahnee C.S.K, entreprit de consulter les différents partis concernés, dont les chefs des deux principales organisations politiques de l’île.

L’autonomie de Rodrigues est calquée sur le modèle en vigueur à Trinité-et-Tobago. Le Rodrigues Regional Assembly Bill fut adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale le 21 novembre 2001. Le premier scrutin afin d’élire les députés eut lieu le 29 septembre 2002. L’innovation vint du fait que pour la première fois, une dose de proportionnalité fut introduite dans le système électoral.

L’Assemblée régionale est composée de 18 membres. Les partis majoritaires forment le gouvernement avec un Chef Commissaire agissant comme chef de gouvernement. En sus du Chef Commissaire et sur sa recommandation, 6 autres commissaires sont nommés par le président de la République. L’opposition est, quant à elle, dirigée par le chef de la minorité. Finalement, l’Assemblée régionale est présidée par le Président de l’Assemblée. Le titulaire peut être un élu ou une personne de la société civile. Le premier Chef Commissaire fut Jean Daniel Spéville. Il céda son fauteuil à Serge Clair, le chef du parti élu à la faveur d'une élection partielle, en février 2003. Johnson Roussety était le chef de la Minorité de novembre 2002 à juillet 2006. Il est nommé Chef Commissaire le 4 août 2006. L'ancien magistrat Joseph Lamvohee est le président de l'Assemblée régionale.

De nouvelles élections se tiendront dans l'île en décembre 2006 suite a une crise politique majeure au sein de l'Assemblée régionale qui aura entraîne sa dissolution.

Lieux intéressants


Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur Rodrigues.

* Port Mathurin http://fr.wikipedia.org/wiki/Port_Mathurin
* Anse aux Anglais http://fr.wikipedia.org/wiki/Anse_aux_Anglais
* Baie aux Huîtres http://fr.wikipedia.org/wiki/Baie_aux_Hu%C3%AEtres[/url:579d5a5a2d]
* Le parc Tortue [url:579d5a5a2d=http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Leguat_Giant_Tortoise_and_Cave_Reserve]http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Leguat_Giant_Tortoise_and_Cave_R…


Liens externes

* Association Vivr'Rodrigues http://www.vivrodrigues.com/
* Carte de l'île http://www.geonames.org/maps/google_-19.7_63.417.html


Comme les autres îles des Mascareignes, Rodrigues fait l'objet d'un Wikiprojet : le projet Mascareignes.






Administration
Statut politique District outre-mer autonome (depuis le 12 octobre 2002);
Capitale Port-Mathurin
Gouvernement
- Chef Commissaire Gouvernement régional
Johnson Roussety
Géographie
Superficie 109 km²
Démographie
Population (1996) 35 000 hab.
Langues anglais (langue officielle),
créole rodriguais, français
Économie
Monnaie Roupie mauricienne
Autres
Fuseau horaire UTC +4
Domaine internet .mu
Indicatif téléphonique 230


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:18    Sujet du message: #4 Districts et dépendances

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum de l'Ile Maurice Index du Forum -> Votez pour nous -> Présentation et histoire de l'île Maurice
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 - 2005 phpBB Group
Theme ACID v. 2.0.18 par HEDONISM
Traduction par : phpBB-fr.com